Rechercher
  • Gwendoline Landais

Médée Poème Enragé - Jean-René Lemoine

Dernière mise à jour : 7 sept. 2020

Découvert au TNB en mars 2020, en tournée depuis 2015, Médée reviendra sans doute en 2021 pour achever ses dates, interrompues par le confinement... A voir absolument !


Originaire de la tragédie d'Euripide, Médée nous conte l'histoire sombre d'une femme condamnée à l’exil, la solitude et l'abandon. A l'origine des drames qui ponctueront sa vie, son amour éperdu pour Jason, fils d'Eson, qui débarque en Colchide avec les Argonautes pour récupérer la toison d'or, et reprendre son trône usurpé par son oncle. Le père de Médée, Éétès, détenteur de cette toison, confie à Jason trois tâches dont il sait que celui-ci ne pourra les accomplir, souhaitant le conduire à la mort plutôt que de lui céder la toison d'or. Mais l'amour de Médée pour Jason la pousse à aider Jason, exigeant en échange qu'il l'emmène. De cette fuite initiale naîtront mille maux. L'histoire de Médée est en effet jalonnée de meurtres atroces. Celui de son frère démembré et jeté par dessus bord pour ralentir l'avancée de son père, forcé de recueillir tous les lambeaux de son fils. Celui de la femme que Jason aimera, jusqu'à répudier Médée. Celui de ses enfants, sacrifiés à sa rage folle, à sa colère face à Jason pour qui elle a tout quitté, tout sacrifié, au sens littéral du terme, et qui l'a chassée, vieillissante, qui l'a abandonnée une fois satisfait, rassasié de son aide et de son amour.



Un silence mythique et mystique accompagne Médée et son poème enragé, engagé ; un public subjugué par la pureté du texte, la précision des lumières, la musique qui disparaît d'être si adéquate... Ce n'est plus Jean-René Lemoine que nous avons devant nous, mais Médée, belle, cruelle, fragile, anachronique et si présente... Souffrance, féminisme, féminité... Et tant d'autres choses encore...

Tragédie renouvelée par Jean-René Lemoine, opéra sans orchestre, sans partition autre que celle de sa voix, douce, caressante, puis dure, métallique. Parfois, elle chante, cette Médée exilée d'elle-même, étrangère partout, étrangère à elle-même. Et l'on ne sait plus qui se tient devant nous, on s'envole et retrouve la tragédie originelle, pourtant ancrée dans notre présent. Voyage dans le temps, dans l'histoire, aussi dans nos inconscients, auxquels Médée appartient, telle Œdipe, telle Antigone. Voyage dans des couleurs, du rouge sang aux ocres sableux, aux bleus sombres de l'amer. Voyage dans nos cœurs, puisque cette Médée parle aussi de nos frustrations, nos déceptions, les peurs profondément ancrées en nous. Elle les raconte, les vit, les subit, et nous les recrache au visage avec fureur, avec horreur, avec fierté, pourtant, toujours. La musique l’accompagne, aux mains discrètes mais présentes de Romain Kronenberg, au plateau, musique invisible par nature qui se fait pourtant présence chaude, presque imperçue. Elle lie les mots, les sensations, et fait prendre corps aux mots lancés par Jean-René Lemoine.

On ne s'étonne pas de découvrir que cette pièce tourne depuis 2015 !

Avec JEAN-RENÉ LEMOINE & ROMAIN KRONENBERG Production : MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis ; Pio & Co – Sandrine Dumas.

Après un parcours d’acteur, Jean-René Lemoine se consacre aujourd’hui principalement à l’écriture et à la mise en scène. Compositeur et musicien, formé à l’Ircam, Romain Kronenberg collabore régulièrement avec des chorégraphes, metteurs en scène et plasticiens.

Médée poème enragé de Jean-René Lemoine est publié aux Solitaires Intempestifs (2013).


#Médée #JeanRenéLemoine #Théâtre #theater #tragédie #Rencontre #art #photo #onstage #rennes# bretagne #igersrennes #igersbretagne #TNB1920

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout